Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Doyenné de Le Cateau Cambrésis

 

Coup d'coeur
 
1.                  Marguerite est revenue au village pour sa retraite, plutôt que de rester peinarde elle s'investit dans les visites aux personnes en difficulté ( malades, en deuil, âgées, seules.)
 
2.                  Mon beau-fils nouvellement installé dans un village a fait la connaissance de ses voisins. Ces derniers restaurent leur maison. Ces deux hommes ont décidé d'échanger leur savoir-faire et des liens se sont créés entre ces deux familles.
 
3.                  Après un divorce très difficile, abandonnée par ses deux enfants ados, une mère de famille tombe malade de dépression et d'un cancer.
Après trois années de lutte, de courage, de prière, de foi intense en Dieu, cette dame guérit et décide de pardonner à ses enfants.
Les retrouvailles sont difficiles, mais aujourd'hui nous avons la joie de voir cette femme vivre avec le bonheur d'avoir retrouvé ses enfants qui viennent la voir régulièrement et très souvent.
Coup de cœur à cette dame.
 
4.                  Un petit garçon de quatre ans a une leucémie. Hospitalisé régulièrement, ses parents pour l'accompagner à l'hôpital rencontrent des difficultés financières.
L'école primaire du village s'est cotisée et a adressé la somme récoltée aux parents( plus de 600 euro).
 
5.                   Coup d'coeur quand je vais voir les personnes âgées qui sont isolées.
 
6.                  La municipalité a entrepris récemment d'aménager une aire de jeux pour les enfants dans le jardin public.
Alors que les jeux sont à peine installés dans le jardin, les enfants sont déjà là dimanches et jours fériés, ôtant les emballages, se liant les uns aux autres dans la joie, les rires et la fraternité. Les ouvriers reviennent demain...
 
7.                  La maladie isole. On ne peut plus participer à la vie de l'église. Heureusement des amies m'ont téléphoné pas seulement pour prendre de mes nouvelles, mais aussi pour me donner des nouvelles de la paroisse. Je ne me sentais plus isolée.
 
8.                  J'ai une aide ménagère qui me demande à chaque décès de proche ou d'amis de rédiger un petit billet de compassion.
Je ne manque pas à chaque demande de répondre par ma bouche : « merci mon Dieu » de faire toujours allusion à notre Seigneur qui n'abandonne personne.
Rien qu'un mot peut faire bien à ceux qui le reçoivent.
 
9.                  A Caudry les associations font avec CCAS des sessions. Je ne suis plus coupé des autres.
 
10.              En 2006 j'ai été gravement malade ou tout le monde pensait que je devais mourir. Alors j'ai fais appel à des frères et sœurs chrétiens. Nous avons prié. J'ai compris l'esprit de Dieu descendre sur moi. Tout à coup j'ai obtenu la guérison et j'ai dit à mes parents: il faut toujours garder la joie. Même quand on vit dans des moments de difficultés le Seigneur est là.
Quand vous faites appel alors mes frères Dieu est Amour pour tous. Gardez toujours la joie en vous. Carine !
 
11.              L'association RAPHI qui accueille des personnes en situation de handicap physique et les réuni régulièrement pour des repas, des travaux manuels, des voyages, également pour les aider dans leur démarches administratives ou autres...
 
12.              Seule, très seule. Une dame éprouvée par le décès de son mari et de son fils unique. Son petit fils éloigné à cause de ses études, elle reçoit la visite d'une petite fille. Tous les mercredis soirs, elle attend sa visite. Elle se dit heureuse quelques heures.
 
13.              A notre arrivée dans le village ou nous ne connaissons pratiquement personne, un couple nous a invité pour l'apéritif après une messe. Nous avons pu faire connaissance par la suite d'autres paroissiens et ainsi nous sommes intégrés à la vie du village et de la communauté.
 
14.              Bénévole dans une association de personnes handicapées.
 
15.              Dans la chambre d'un établissement de santé se trouvent deux personnes : l'une est malentendante l'autre ne peut pratiquement pas parler. Et pourtant, de la joie dans cette chambre. Par des petits signes, des petits gestes, des sourires, une communication s'est établie entre ces deux personnes. Quel beau témoignage !
 
16.              Je suis membre d'une équipe de funérailles. J'ai pris le risque d'accepter que la famille passe un court diaporama sur la vie du défunt pendant la célébration à la place du mot d'accueil.
J'appréhendais sur le contenu, la forme et le message passé.
En fait ça s'est super bien passé émotionnellement et la famille a ressenti cela comme une écoute, un accueil de la communauté paroissiale.
 
 
Coup d'pouce...
1. Alors que je venais de traverser une période de plusieurs années difficiles, une personne, une vielle connaissance accompagnée de quelques amis est venue m'aménager dans mon nouvel appartement et me porter quelques meubles et particulièrement un lit, ce auquel je ne m'entendais pas. Cela a été un étonnement et même un peu un soulagement car je traversais une période de fatigue et de difficultés financières.
 
2. C'était un matin de la mort subite d'un père de famille dont les ressources étaient très précaires. Tous les voisins de la rue stupéfaits par l'évènement se sont rassemblés, et même cotisé pour venir en aide aux orphelins. Quel changement d'atmosphère dans cette rue depuis ce jour!!
 
3. 4 ans au SANA...C'est dure de ne pas avoir de visite quand on est malade m'a dit ma maman Décédée d'une leucémie en trois jours. A l'époque j'avais 16 ans...Je n'ai pas oublié. Ma joie, c'est elle qui me l'a donnée. Je visite les malades en pensant à elle. ET les prières, les confidences, les « A bientôt ». ça c'est la joie.
 
4. Je suis très contente de témoigner. Un jour j'allais en voyage pour rendre visite à ma sœur, alors je me suis trompée de ville. J'ai fait appel à un inconnu qui m'a aidé. Alors quand je partais de chez l'inconnu tous ensemble nous avions prié. J'ai demandé à Dieu de venir en aide à ce monsieur et de bénir sa maison et tous ceux qui entreront malgré que je ne connaissais personne dans cette ville. Mais le seigneur a envoyé cette personne pour m'aider. Priez sans cesse car Dieu n'abandonne personne Amen. Carine
 
4. A la rue avec 10,00 E, une caravane m'a accueillie. Je suis allée chez une dame. Secours Catholique de Cambrai m'a trouvé amis et logement. Après un travail je m'en suis sortie.
 
5. Mes parents étaient très âgés. A chaque fois que j'allais les voir, je revenais démoralisée. Une amie m'a proposé deux journées avec le SEM. J'ai découvert que les réactions étaient normales. J'ai retrouvé la joie et la force d'aller les voir.
 
 
 
Coup d'main...
 
1.                  Justine est une jeune fille née dans une famille avec peu de moyen. Un échange de sourire nous a rapproché, avec la fermeture de la basilique, Justine n'ayant pas de moyen de locomotion m'a demandé de la prendre le dimanche matin pour aller à la messe. Ce partage de route m'a permis d'écouter et de réaliser dans quelles tristes conditions Justine vivait...Elle a le sourire, elle est au service du Seigneur (servante d'autel): elle est heureuse.
 
2.                  Nous connaissons une femme seule commerçante qui vit très simplement voir très modestement. Parfois nous l'invitons à la prendre en voiture pour aller à la messe ensemble. Nous l'avons invitée à manger avec nous un soir. Nous sommes à l'écoute de ses soucis et de ses malheurs, car nous sommes passés également par des périodes très pénibles dans notre vie.
 
3.                  Ce qui me motive c'est ma foi. Un enfant de Dieu n'est jamais abandonné par son père. Je sais que quand on a la foi on a la paix intérieure. Tout ce que je peux faire je le fait avec amour pour mes proches. Dieu dit ne jugez point, alors je ne juge personne. Celui qui m'a fait du mal je le laisse partir dans la paix du Christ. Je suis un exemple de Dieu. Pardonnez les uns aux autres, nous dit la parole de Dieu. Amen! Carine!
 
4.                  Seule, il reste la prière. Lorsque j'ai reçu le sacrement des malades, j'ai vraiment ressenti la prière de la communauté qui m'aidait à affronter la maladie. Aujourd'hui je prie beaucoup pour tous ceux qui sont en contact avec les malades. Ce n'est pas facile tous les jours. Sans notre prière ils ne peuvent tenir.
 
5.                  Merci à Jean Yves, Pierre, Michel, Hervé, Gilles...
 
6.                  Je ne peux rester indifférente lorsqu'une personne appelle à l'aide indirectement. De part son comportement ou son chagrin, même si cela me prend du temps et de mon énergie, je m'engage à la réconforter le plus souvent et à trouver les mots justes. Je ne me pose pas de questions, je fait confiance au Saint Esprit qui est mon meilleur ami. Il me montre le chemin à prendre et à poursuivre mes engagements.
 
7.                  Le merci d'un enfant abandonné par ses parents à cause du chômage. Mais pourquoi mettre ses enfants dehors, au lieu de se serrer les coudes ? Ayant perdu mes parents très jeune j'en souffre encore et je ne comprends pas cette indifférence alors que la précarité n'a rien à avoir avec le cœur. Alors j'aide.
 
8.                  Étant déjà moi même dans une situation de précarité, j'ai ressenti à un moment de ma vie d'acheter des meubles à Emmaus puisque l'argent récolté par cette association sert à réinsérer des personnes en très grande précarité et en très grande difficulté. J'ai pu faire appel à la Croix Rouge également. Mais dans la mesure de mes moyens, j'essaie de remettre toutes ces personnes qu'elles soient en difficulté ou non, dans mes prières pour que le Seigneur leur vienne en aide si cela est sa volonté.
 
9.                  Plusieurs amis, amies vivent des jours difficiles : souffrances, interventions chirurgicales. Même si je ne peux les rencontrer, je rédige des petites cartes de réconfort avec prières. Au mieux si possible je leur faits une visite. Ils en sont heureux et moi je partage cette joie en remerciant notre Seigneur Jésus.
 
 
 
Coup du Saint Esprit
1.                  Un noyau de fraternité s'est créé dans la paroisse sainte Maxellende à l'occasion de la venue des reliques de Sainte Thérèse. Ce temps fort vécu en communion a tissé de solides liens qui rayonnent et attirent, et le cercle s'agrandit.
 
2.                  Être devenue marraine d'un jeune adulte handicapé et de m'émerveiller à chaque rencontre de sa progression spirituelle et psychologique, de voir son sourire rayonnant quand il entre dans l'église. Il m'a dit lors d'un sermon sur la lumière: c'est le Paradis.
 
3.                  Le baptême de notre petite fille.
 
4.                  Je n'ai pas d'exemple particulier à exposer. Mais chaque fois que j'ai eu à vivre des choses difficiles, j'ai trouvé dans la lecture de la Parole des réponses à mes questions. Dans la prière des choses ou des situations se sont arrangées pas forcement dans le sens que j'avais espéré. Pour moi le hasard n'est pas toujours en cause...
 
5.                  Le texte 3 du livret DIACONIA parle de l'intercession...Des membres de notre groupe racontent que la guérison a été accordée à un ami de la chorale...Peut être par l'intercession de la prière du groupe. Alléluia!
 
6.                  Je participe au chapelet une fois par semaine, et un groupe de prière m'a fait grandir.
 
7.                  Je fais grande confiance au Saint Esprit qui j'en suis sure est toujours là au moment ou je l'attends le moins et il ne manque pas de m'éclairer sur les difficultés rencontrées dans différentes activités. Il m'a surtout aidé à découvrir la tolérance et à renforcer ma patience.
 
8.                  Parfois seul et parfois en groupes, alors la parole de Dieu qui m'a le plus touché c'est celle-ci: je le garderai sur son lit d'hôpital et je lui ferai voir mon salut. Il dit celui qui m'invoque je lui répondrai, je le glorifierai. Ces paroles ont transformé ma vie chrétienne. Le Seigneur dit: je suis la vérité et la vie. Frères et sœurs soyons fraternels, Dieu nous aime. J'ai remis ma vie en Jésus. Je le ressens présent dans ma vie. Carine!
 
9.                  « Prend ta part de souffrance pour l'annonce de l'Évangile » dit Saint Paul. Cette maladie ne mène pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu: ces paroles m'ont soutenu dans la maladie; Elles m'ont aidé à vivre dans les moments difficiles. Même lorsque on se croit seul, le Christ est avec nous. Il ne nous abandonne jamais.
 
10.              La visite à un malade à l'hôpital. Il pleurait, pourquoi? Il avait perdu son chapelet. Ses enfants lui en ont offert un autre. La joie dans ses yeux me tendant la main avec son nouveau chapelet, il m'a demandé de le faire bénir.
 
11.              Quand je suis seule, la parole s'exprime dans la prière sur le pardon de l'Agneau de Dieu, éternellement source de recueillement.
De profondis pour le psaume.
Une joie et une communion dans la fraternité, dans les chants ou les prières s'élèvent en une seule voix comme Kyrie et le Magnificat en latin.
 
12.              Pendant 15 jours de mars 2012, j'ai découverts les deux planètes Jupiter et Vénus, j'ai crié ma joie au créateur, mon émerveillement. Et à tous ceux que je rencontrai, je leur conseillai ce spectacle. Bien sur, Dieu existe pour avoir créé cette merveille!!!qu'aucun humain n'aurait pu faire naitre, même le plus fort de nos technologies actuelles!!!
 

Article publié par Michel LEMAIRE • Publié Mercredi 19 décembre 2012 - 11h24 • 1669 visites

Actualités de l'Eglise

Déclaration du Conseil permanent « Face à la crise agricole : oser regarder autrement et s’interroger ensemble »
Voici un an, au nom de tous les évêques de France, quinze d’entre eux s’étaient rendus au...

Mgr Antoine Hérouard nommé évêque auxiliaire de Lille
Le pape François a nommé, ce mercredi 22 février, Mgr Antoine Hérouard évêque auxiliaire du...

Où en est la laïcité française ? Pistes de réflexion
Fiche de l’Observatoire Foi et Culture (OFC 2017, n°8) sur la laïcité française....

Fragiles et fraternels dans la vie religieuse
Animés d’une foi authentique, mais pour beaucoup d’entre eux de santé précaire ou fragiles...

Prier pour la France avant l’élection présidentielle
Jusqu’au 22 avril 2017, veille du premier tour de l’élection présidentielle, le Sanctuaire de...

Haut de page