Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Des Groupes Solidarité Quartiers

 

Coups Durs :
 Quand je me dispute avec mes parents, ça me fait mal, je le regrette même si de temps en temps c’est de ma faute 
 
Coups de gueule
Exclusion par le manque de travail et Sarko qui veut faire un référendum c’est honteux, qu’il nous donne du travail et au moins qu’il agisse pour ne pas en supprimer.
Dans les rues vous voyez des logements, même des écoles, des collèges, ne pourrait on pas les ouvrir pour accueillir les SDF ou faire des logements de secours. Quel gâchis ?!
Une chose qui me fait mettre en colère qui est injuste et créé de l’isolement, de l’exclusion, c’est cette différence lorsqu’on est âgé. L’un peut accéder au confort d’une maison de retraite et l’autre, par manque de moyens, reste chez lui sans confort et dans l’isolement.
L’attitude de certains directeurs de grandes surfaces me font hurler de mécontentement. Des personnes aux ressources modestes allaient se servir dans les bennes alimentaires. Afin d’y mettre un terme les directeurs ont donné l’ordre d’asperger ces aliments avec des produits toxiques.
Comment au XXIe siècle est-il possible que tant d’hommes et de femmes vivent dans la rue.
L’INJUSTICE lorsqu’aujourd’hui des enfants sont encore ESCLAVES ;
Dans des maisons de retraite beaucoup de personnes sont seules, isolées tout en ayant de la famille.
Au moment de mon divorce je me suis retrouvée sans un meuble. Bien qu’à mi temps mon directeur m’a offert du mobilier : un grand merci à lui.
Ma voisine qui a perdu son logement : je l’ai recueillie pour qu’elle remonte la pente
Ma fille et son mari n’ont plus de travail, difficultés d’en trouver.
Au décès de mon fils, beaucoup d’épaules se sont offertes à moi afin de m’aider à supporter cette cruelle séparation. Les religieuses, l’abbé, les collègues de travail, mes frères, mes enfants avant et pendant les funérailles. ILS ONT ETE TOUS LA … MERCI
J’ai vécue une adolescence dans un milieu familial très éprouvé. Au sortir de l’adolescence, je glissais dans le désespoir. J’ai fait du scoutisme, j’ai été accompagné par un prêtre et une amie vivant profondément sa foi. Le seigneur s’est manifesté par des signes. Un diacre m’a aidé à accueillir le Seigneur dans la foi et la vérité, voilà les merveilles de Dieu.
Lorsque je suis arrivé à Cambrai, je sortais d’une opération chirurgicale et venais de me séparer de la mère de ma fille. Suite à un reportage, sur FR3 à l’époque, sur une association qui accueillait des personnes démunies et avait un groupement d’achat, j’ai donc poussé la porte du CODES, j’ai reçu un accueil chaleureux et sincère. On m’a aidé dans plusieurs démarches (emploi, logement, formation). Mais au-delà de ces démarches « matérielles », c’est d’avantage une vraie rencontre amicale, sincère et respectueuse. 
 

Article publié par Michel LEMAIRE • Publié Mercredi 19 décembre 2012 - 11h36 • 1648 visites

Actualités de l'Eglise

Commentaires du dimanche 2 juillet
2 juillet 2017, 13e dimanche du temps ordinaire, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle...

Homélie du dimanche 2 juillet
13éme dimanche du Temps Ordinaire

La papauté en Avignon fête ses 700 ans
L'Enclave des Papes va célébrer ses 700 ans. Le cardinal Poupard, prélat français et président...

Narthex : Un été riche en découvertes artistiques
La revue numérique Narthex est pensée comme un espace de dialogue entre la société et...

La cité du vin à Bordeaux
Le 28 juin 2007, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la...

Haut de page