Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Ste Barbe du Hainaut

en paroisse, à l'occasion du 5ème dimanche de juillet, faire l'expérience en petits groupes de la démarche de diaconia retour avec vos mots!!!!!

 

 
 
 
Coup dur
Etre présent pour aider une personne ou une famille face au décès, à l’hospitalisation.
On a déjà été malades et nos mères nous ont aidé.
Lors d’une mésentente en famille, j’ai eu le soutien lors d’une confession individuelle d’un prêtre. On peut tout leur dire. On repart le cœur toujours léger et le sentiment de ne pas être « nulle » comme pouvait me faire croire cette personne, et le sentiment de ne pas être en faute vis-à-vis d’elle.
Un monsieur à l’hôpital.
Fonder une famille avec l’aide d’une association … et d’espérance.
Suite à un accident de voiture, on est surpris de l’entraide naturelle et spontanée et désintéressée.
Des soutiens lors de décès dans la famille.
Merci à tous ceux qui m’ont donné la main. Amour= moitié du traitement ; je ne pensais pas être autant aimée.
Grand père qui est malade : toute la communauté et les évènements autour de l’église (clcohes, reconstruction…) qui nous ont aidé à vivre différemment ce moment .
Maladie d’un proche aidé par le soutien médical.
Aider quelqu’un à trier les vêtements d’un défunt.
Donner son temps pour soulager une famille ayant un enfant handicapé
Pour aider une personne en longue maladie, en situation précaire, des amies interviennent dans sa vie de tous les jours.

 

 
Coup d’gueule
La guerre en Syrie, la pauvreté chez nous.
J’ai déjà été seul sans ami.
Un ado de 14 ans victime d’injures racistes dans la cour du collège.
Une fille de 12 ans racontait lors de la retraite de profession de foi, qu’une personne ne l’avait pas aidé dans son école, alors elle ne voulait pas aider les autres, elle ne se laissait plus faire. Elle est en révolte.
La peur de ne plus avoir de travail si les clients s’en vont à cause du responsable qui ne fait pas son travail. Ce n’est pas lui qui partira en premier. Le responsable ne se rend compte de rien.
C’est la guerre en Syrie depuis plusieurs mois. On ne comprend pas que personne ne puisse arrêter ce massacre.
Les bagarres entre frères et sœurs.
Apparition de bidonvilles près des villes.
Enfants qui manquent d’amour et d’attention.
Principal c’est d’avoir la santé : révolte contre la maladie qui touche les enfants. Pourquoi ?
Le gaspillage alors que tant de personnes meurent de faim et faute de soins.
Syrie, on laisse faire, pourquoi ?
L’incompréhension devant le massacre de la Syrie.
6 mois sans ressource suite à un accident le rendant invalide.
 
 
 
 
Une perle :
Coup de gueule : celui qui a amené l’apéro n’est pas venu au bilan …
Coup d’main : comme il n’est pas venu , on a plus d’apéro !

Article publié par Cathocambrai • Publié Mardi 06 novembre 2012 • 1737 visites

Haut de page